Razzia
Plate-forme : DVD
Date de sortie : 21 Août 2018
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
film
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Réalisé par Nabil Ayouch.

Portrait complexe du bouleversement provoqué par une théocratie rampante et des attitudes enracinées, Razzia interroge habilement sur l'hypocrisie, l'ignorance, la ferveur religieuse égarée, la répression sexuelle et l'attachement persistant à une plus grande liberté personnelle vécue par un fascinant groupe de Marocains en 1982 et en 2015. Débordant de récompenses visuelles et émotionnelles, le film de Nabil Ayouch est un passage obligé pour les téléspectateurs qui souhaite examiner les fondements de l'actualité. Le proverbe berbère «Heureux qui peut agir selon ses désirs» souligne que les désirs sont la plupart du temps contrecarrés.

En 1982, Abdallah (Amine Ennaji), instituteur idéaliste, est passager d'un bus qui s’éloigne du village où il adorait enseigner la science et la poésie aux garçons et aux filles dans leur dialecte berbère natal. Il laisse également sa romance avec une veuve à l'esprit indépendant, Yto (Saadia Ladib), dont le fils, Ilyas, est un bon élève mais bégaie. Les graines de son départ pour Casablanca ont été plantées le jour où un inspecteur de la ville a déclaré que toutes les classes devaient désormais se dérouler en arabe, «la langue du Coran». L'enseignant est ému aux larmes alors que l'apprentissage par cœur supplante progressivement le savoir authentique. Abdallah se demande s'il faut rester et se battre ou partir. Tout au long du film, la caméra revient sur des plans de l'autobus sur une route sinueuse alors qu'il réfléchit à la bonne tactique à adopter. En 2015, dans les rues de Casablanca, des foules défilent en scandant que le Maroc est un pays musulman où les hommes et les femmes ne sont pas égaux. Salima (co-scénariste Maryam Touzani), vêtue d'une robe courte et de longs cheveux dénudés, se dirige littéralement à contre-courant vers la maison d'Yto, aujourd'hui âgée (joué par Nezha Tebbai). Les femmes s'y rassemblent pour se défouler en dansant joyeusement parmi eux. Yto jette un coup d'œil à Salima et en déduit qu'elle est enceinte. Nous apprenons que Salima vit dans le confort bourgeois avec un homme dominateur. Elle veut trouver un travail; il ne veut pas en entendre parler. Le rapport de force dans leur relation est encore trop rétrograde à son goût et il n'est pas certain qu'elle continue sa grossesse. «Si c'est une fille, je ne peux pas la laisser naître ici maintenant, dit-elle.

A présent, le charmant Ilyas (Abdellah Didane) travaille au restaurant Chez Jacques dirigé par Joe (Arieh Worthalter), un Juif laïque dont le père âgé et observateur ne va pas bien. Ilyas pense que le film Casablanca a été tourné au Maroc et Joe le prend avec humour. Bien que Joe se moque de ses propres origines ethniques, elles contredisent ses arguments pour attirer les femmes.  Hakim (Abdelilah Rachid) tient un album de photos de son héros Freddie Mercury, étudie le français à partir de vieilles cassettes et rêve d'une carrière musicale en Europe. Un de ses amis plaisante en disant que Hakim n’a jamais quitté la médina. Mais Hakim est gentil et talentueux et facile à utiliser. Sa petite sœur le regarde mais son père ne lui parle pas. Ines (Dounia Binebine), 15 ans, vit dans une maison spacieuse et moderne. Sa mère est rarement à la maison et sa nourrice est la présence d'adulte la plus stable qu'elle connaisse. Ines et ses amis discutent de la question de savoir si avoir des relations sexuelles avant le mariage est souhaitable ou si c'est un péché. Avec un élan complètement organique, la plupart des acteurs se retrouvent soit à la même soirée, soit dans les mêmes rues sombres la nuit même où la violence de la foule éclate.

VERDICT

-

Ce film ambitieux, magnifiquement modulé, postule que rêver de meilleurs horizons ou voir triompher l’amour est une bonne chose, mais que peu d’entre eux sont assez forts ou assez chanceux pour diriger leur propre destin contre les rudes épreuves sociales. La force d’Ayouch est de montrer comment l’application irréfléchie de supposés dictats islamiques affecte des personnes de tous âges, professions, religions et classes. Il est difficile d'avancer si votre environnement est bloqué ou regarde en arrière.

© 2004-2018 Jeuxpo.com - Tous droits réservés